La réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage

février 8, 2018

admin

Pas de commentaire

Réforme formationLe gouvernement français et La République en Marche a présenté le 7 février 2018 une série de propositions pour améliorer la formation professionnelle et l’apprentissage. Cette réforme est issue de consultations citoyennes lancées par le parti.

C’est donc le secrétaire général de la République en Marche, Christophe Castaner, qui a présenté, le mercredi 7 février 2018, plusieurs mesures pour réformer l’apprentissage et la formation. Après une consultation des français qui a recueilli plus de 23 000 contributions et plus de 200 réunions, le gouvernement d’Emmanuel Macron a décidé de mener une action de réforme.

L’Etat a entamé des négociations avec les partenaires sociaux pour réformer en profondeur et dès cette année, la formation professionnelle et l’apprentissage. Ce projet sera mis en œuvre début 2019.

Christophe Castaner a d’abord présenté, devant la presse, le constat des français sur la formation professionnelle et l’apprentissage.  Malgré plus de 32 milliards d’euros injectés chaque année dans la formation, les français interrogés par LREM dénoncent un système illisible, inaccessible et inefficace. De plus, le système d’apprentissage est jugé peu attractif par les citoyens sondés.

Au siège du parti parisien et devant la presse, le secrétaire général a déclaré que « la plus grande sécurité, c’est la compétence ». A ses yeux, 32 milliards, « ce n’est pas trop, c’est même indispensable mais […] il est essentiel que le gouvernement et les partenaires sociaux saisissent toute l’urgence exprimée : transformer un système pour le rendre plus efficace et plus juste ».

Les changements concernant la formation professionnelle

Concernant la formation professionnelle, le gouvernement et la République en Marche ont fait plusieurs propositions. Tout d’abord le nombre d’heure de formation annuelle va passer de 50 à 25 heures. Le système actuel, jugé trop injuste va également être ajusté. En effet, si l’on travaille dans une grande entreprise on a plus deux fois plus de chance d’accéder à une formation. La catégorie socioprofessionnelle avantage aussi les cadres au détriment des ouvriers : 2/3 des cadres ont accès à la formation contre 1/3 pour les ouvriers. Pour finir, ceux qui en ont le plus besoin n’ont pas accès à la formation.

En prenant en compte ces données, le gouvernement a présenté plusieurs mesures pour rectifier la formation professionnelle :

-Permettre à chacun de s’inscrire dans une formation de leur choix

-Améliorer l’information sur la formation. En effet, 60% des français ne connaissent pas leurs droits à la formation.

-Donner la chance, à tout ceux qui en ont besoin, d’accéder à une formation de qualité

-Valoriser les formations en points plutôt qu’en heures

-Evaluer les formations pour plus de transparence

-Accentuer les formations dans des secteurs qui ont des débouchés pour cibler sur les emplois disponibles

-Donner des droits réels et non formels aux personnes formées

-Prendre en compte la mise en situation professionnelle

-Prendre en compte les difficultés sociales

-Faciliter l’accès aux formations en ligne, pour permettre la formation à distance de n’importe où.

Les changements concernant l’apprentissage

Aujourd’hui, l’apprentissage est dévalorisé alors qu’il représente une porte d’entrée efficace dans le monde du travail. En effet, 70% des apprentis ont trouvé un emploi 7 mois après leur apprentissage. On incite souvent les jeunes à faire des études supérieures classiques au détriment de l’apprentissage : seuls 7% des français passent par l’apprentissage. En conséquence, plusieurs pistes ont été envisagées pour redonner de la visibilité et de l’attractivité à l’apprentissage :

-Simplifier, harmoniser et unifier les aides à l’apprentissage (exonération, aide des régions ou des départements…)

-Réduire les effets de seuil (âge, nombre de salariés…)

-Dématérialiser la signature des contrats afin de faciliter les démarches administratives

-Revoir les salaires des apprentis en fonction de la qualification plutôt que de l’âge

-Améliorer l’accueil des apprentis dans les entreprises et valoriser les maîtres d’apprentissage

-Renforcer l’information sur les filières d’apprentissage

-Améliorer l’articulation entre les enseignements théoriques et la pratique

-Ouvrir l’apprentissage aux plus de 26 ans.

Une autre proposition est de développer le programme Erasmus+ pour que les apprentis puissent bénéficier des mêmes expériences européennes que les autres étudiants. Cette proposition est soutenue à 89% par les personnes interrogées.

Il est nécessaire de redynamiser les formations professionnelles et l’apprentissage car ce sont des moyens efficaces pour lutter contre le chômage. Le gouvernement l’a bien compris et c’est dans cette optique qu’il a décidé de les réformer. Mises en place en 2019, c’est nouvelles mesures devraient redonner de l’attrait aux formations et aux apprentissages.

Comments are closed.

© 2018 Sphere formation . créé par e-visibilité - Mention legales Sphere formation